La vertu de l’automne : novembre - décembre

La fidelité

La vertu est une disposition habituelle et ferme à faire le bien et à donner le meilleur de soi-même (catéchisme de l’église catholique).

L’acquisition de la vertu se fait en mettant en place des habitudes fermement, à petits pas, et surtout sans se désespérer. La vertu doit être vécue dans la joie car elle a pour but de nous rendre libres, heureux et saints.

Qu’est-ce-que la fidélité ?

La fidélité est une vertu essentielle, même si elle n’est plus au goût du jour.C’est une vertu exigée par l’amour véritable, sans laquelle la vie commune est impossible.

Il s’agit de tenir ses promesses et ses engagements dans la durée, malgré les difficultés.

C’est une vertu qui s’apprend et qui s’acquiert avec le temps.

Elle garantit la persistance des autres vertus ; pratiquer les vertus implique la fidélité. C’est la base de la moralité : sans fidélité, on ne peut pas vivre ensemble, il n’y a pas de société qui tienne le coup.

Pourquoi vivre la fidélité ?

Tout au long de la Bible, on retrouve la fidélité de Dieu envers son peuple.

Il faut faire un effort pour pratiquer cette fidélité (exemple: Abraham). La fidélité de Dieu permet la fermeté de l’alliance, c’est une source continuelle de bienfaits pour le peuple hébreu. S’il y a rupture de l’alliance, « malheur à Israël » !

La fidélité du seigneur Dieu est exprimée dans beaucoup de psaumes.

A la plénitude des temps, Jésus vient sceller la nouvelle Alliance. La parabole de l’enfant prodigue (Luc 15, 11-33) illustre particulièrement la vertu de fidélité dans la personne du père : il guette son enfant tous les jours, il est fidèle à sa paternité dans son amour. Cette parabole se termine dans la joie, ce qui montre que nous devons pratiquer la fidélité pour trouver la joie.

Jésus parle souvent de fidélité dans ses paraboles (parabole des talents ou de l’intendant fidèle).

La fidélité demande une lutte, de la vigilance, du travail.

La fidélité nécessite un effort mais est toujours récompensée.

La fidélité des premiers chrétiens est particulièrement soulignée dans la Bible (dans les actes des apôtres et dans la lettre de St Paul aux Corinthiens) ; on leur donne le nom de « fidèles ».

Le mot fidélité vient du latin fides = foi. Il faut être fidèle dans ses actes (cf.la lettre de Saint-Paul à Timothée).

Comment vivre la fidélité aujourd’hui ?

Il faut faire des efforts pour accomplir ce que nous avons promis, et pour conformer nos mots avec nos actes. La fidélité est quelque chose que l’on choisit, c’est la conséquence de nos engagements. L’engagement est un acte par lequel une personne s’oblige volontairement et librement à tenir ses promesses. Il faut CHOISIR de s’engager, la notion de liberté est très importante dans l’engagement. C’est parce que l’on est libre que l’on peut poser un acte d’engagement. Homélie de St Jean-Paul II : « Seule une cohérence qui dure toute la vie mérite le nom de fidélité ».

Dans la vie de tous les jours nous devons être fidèles à Dieu, à notre conjoint, à nos amis, à notre pays, à nos chefs, dans nos engagements, dans la parole donnée,...

Sans fidélité, il n’y a pas de société durable.

La fidélité s’appuie sur l’amour vrai et sur la volonté. Ce n’est pas une affaire de sentiments. Il faut vouloir la fidélité.

«La fidélité dans le temps est le nom de l’amour » Benoît XVI

En tant que chrétiens, nous pouvons et devons être fidèles. Dieu nous le demande, Lui qui n’est ni changeant, ni faible. Il est loyal et fidèle, car Il nous aime. Il a promis de nous soutenir dans les tentations et Il nous envoie la force de l’Esprit-Saint.

La fidélité est une volonté libre et ferme qui prend sa source dans l’amour véritable.

En la très Sainte Vierge Marie, nous avons l’exemple d’une vierge fidèle qui redit son Fiat tout au long de sa vie. Il faut lui demander de nous aider à rester fidèles.

Au quotidien, il nous faut poser des actes et faire des gestes de fidélité. La fidélité est un rempart contre le relativisme et l’opportunisme de notre société, elle fait partie de notre identité d’être humain.

Il faut entretenir l’amitié, tenir parole (visites, téléphone…), être gentil même si on ne reçoit rien en retour. Etre fidèle aux promesses et aux engagements : « Que votre oui soit oui et que votre non soit non » ;"Quand on dit, on fait ". En posant ces actes, nous montrons l'exemple à nos enfants.

Le but est la joie, l’équilibre et la sainteté.

Avec les enfants :

A l’école jusqu’au CP, sera étudiée la figure de Sainte-Cécile pour illustrer ce qu’est une promesse, une alliance.

À partir du CP, sera étudiée la figure du couple de Louis et Marie Beltrame Quattrocchi.

Nous insisterons sur la valeur de l’engagement et la différence entre l’engagement et le devoir. À la maison, nous tâcherons de prier avec Marieet avec les Saints. Nous aborderons avec les enfants la fidélité aux promesses du baptême.

Pour parler de l’alliance, nous nous poserons les questions : Dieu respectet-il son alliance? ...Et nous ?...

Nous pourrons rencontrer des personnes engagées depuis longtemps dans le mariage (arrière grands-parents, grands-parents...) ou dans la vie religieuse.

Résolutions pour la période:

Prendre une résolution et la tenir jusqu’au bout

Être fidèle dans les petites choses

Terminer ce que l’on a commencé

Arrêter le « zapping »

Suggestions de lecture:

-Gaspard, entre terre et ciel (M-A et B. Clermont)

-Sainte Jeanne Berretta Molla (T. Lelièvre)