La vertu est une disposition habituelle et ferme à faire le bien et à donner le meilleur de soi-même (catéchisme de l’église catholique).

L’acquisition de la vertu se fait en mettant en place des habitudes fermement, à petits pas, et surtout sans se désespérer. La vertu doit être vécue dans la joie car elle a pour but de nous rendre libres, heureux et saints.

 

La vertu de la nouvelle année : janvier - février

La délicatesse

 

En cette période de vœux, où chacun souhaite à l’autre de bonnes choses, il s’agit de vivre la délicatesse jusque dans ce que nous souhaitons pour l’autre.

Délicatesse rime avec finesse. Délice et finesse, voilà à quoi peut faire référence la délicatesse. Faisons de nos enfants des personnes fines et délicieuses en Dieu.

La vertu de la délicatesse est la fine pointe de la charité qui vise à élever le prochain. La personne délicate s’efface devant les autres, est discrète, attentive aux autres, prodigue dans les gestes d’attention.

Elle a un regard qui élève l’autre : « Tu comptes pour moi » pourrait-elle signifier.

La délicatesse est comme un chiffon à poussière, que l’on sort du placard, qui permet de faire briller un objet du grenier dont on ne se doutait pas de la beauté. Le chiffon est ensuite secoué et remis au placard. La délicatesse est donc le contraire de l’égoïsme, du sans-gêne, du « rentre-dedans »…

Pourquoi vivre cette vertu ?

Parce que le Seigneur nous le demande.

Dans l’Ancien Testament, le Seigneur vient s’adapter à nos bassesses, à nos violences, mais lorsqu’il va rejoindre Elie, il se dévoile non pas dans des phénomènes brusques mais dans une brise légère.

Jésus est particulièrement délicat face aux pécheurs (par exemple avec la Samaritaine, la femme adultère qu’il ne regarde pas pour que son regard ne l’accuse pas, Jésus baisse donc la tête, avec Zachée, Pierre au moment de son reniement). Jésus pose sur eux un vrai regard d’amour. Mais il l’est aussi avec ses apôtres (se préoccupant de leur repos) ou avec les foules qui le suivent (en les faisant asseoir et en leur donnant à manger). Jésus se sert aussi par délicatesse des petites choses qui lui sont apportées pour nourrir les foules (les cinq pains et les deux poissons). Il est aussi reconnaissant envers les personnes délicates (il remercie la femme qui lui a versé du parfum).

La délicatesse de Jésus est de se mettre à la portée de ses interlocuteurs.

Toute la vie de Marie aussi est pleine de délicatesse sur Terre (à Cana) mais aussi à chacune de ses apparitions où elle est humble d’apparence, parle le langage de la personne à qui elle apparaît (quelquefois le patois). Pensons à Notre-Dame de Guadalupe qui a les traits d’une indienne métissée.

« Tout ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux » nous demande Jésus. En tant que chrétiens, nous devons chercher le bien des autres.

Même fatigués, forçons-nous à être délicats vis-à-vis des autres. Rappelons-nous que quand nous faisons quelque chose à quelqu’un, c’est à Jésus que nous le faisons.

La première des délicatesses c’est de l’être avec le Seigneur. Enracinons-nous dans le Seigneur dès le matin en lui offrant notre journée, avec des petites oraisons toutes simples, en faisant le signe de Croix en passant devant une église…

A l’église, honorons le Seigneur en ayant une attitude digne par notre comportement, notre habillement, qui nous rappellent que nous sommes dans Sa maison. En ne communiant pas si on a un péché grave sur la conscience (chaque péché véniel obscurcit déjà notre relation avec le Seigneur).

Des idées de délicatesse :

  • ne pas déranger les autres, marcher doucement, sans faire de bruit, apprendre à ne pas claquer la porte, respecter l’espace des autres en ne semant pas nos affaires partout.
  • Frapper avant d’entrer
  • Ne pas interrompre une conversation,
  • Utiliser des paroles de politesse (s’il vous plaît, je vous en prie…)
  • S’exprimer poliment
  • Remercier, demander la permission
  • Ne pas se plaindre
  • Laisser en ordre après son passage
  • Etre ponctuel
  • A table, se servir en quantité raisonnable, féliciter, remercier, avoir une position correcte. Quand on est reçu, remercier, apprécier.
  • Laisser un poème, un dessin, un mot gentil
  • Garder l’intimité des personnes en préservant un secret. Garder une distance respectueuse.
  • Savoir trouver des détails pour faire plaisir à l’autre.

Quelques exemples de saints :

  • Vénérable Anne de Guigné
  • Saint Martin de Porrès
  • Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus