La vertu est une disposition habituelle et ferme à faire le bien et à donner le meilleur de soi-même (catéchisme de l’église catholique).

L’acquisition de la vertu se fait en mettant en place des habitudes fermement, à petits pas, et surtout sans se désespérer. La vertu doit être vécue dans la joie car elle a pour but de nous rendre libres, heureux et saints.

 

Vertu de carême

l’obéissance

 

L’obéissance est une vertu qui consiste à soumettre sa volonté à une loi extérieure ou à la volonté d’autrui pour un motif raisonnable. (Une loi est injuste si elle s’oppose à la volonté de Dieu.) Il faut apprendre à sacrifier sa volonté à celle d’autrui.

Pour nous chrétiens, c’est une marque d’amour envers Dieu car nous savons que tout procède de Lui. C’est une réponse juste à notre Seigneur. Nous devons obéissance à Dieu, à ses commandements et aux personnes qui sont investies de l’autorité sur Terre.

L’obéissance est une preuve d’humilité et de confiance. Serait-ce donc aussi un manque de liberté et de maturité ? Non ! Certains liens protègent et font progresser (exemple : une cordée en alpinisme, l’unité du corps humain lié par les ligaments...)

L’obéissance permet de nous épanouir dans la liberté pour atteindre le bonheur véritable. C’est un acte libre : dire « oui » avec amour à la volonté du Seigneur.

L’obéissance est une vertu évangélique avec la pauvreté et la chasteté ( notions développées par le frère de Sylvain lorsqu’il a rencontré les élèves de l’école).

Étymologie: obéissance vient de OBO EDIRE: prêter l’oreille, écouter, être attentif. Pour obéir, il faut d’abord écouter et être attentif à ce qui nous est demandé.

Pourquoi apprendre à vivre l’obéissance?

Parce que Dieu aime les cœurs humbles et obéissants: ils savent le mieux accueillir la grâce. Le premier péché est un péché de désobéissance et à cause de cela le pont entre Dieu et les hommes a été démoli. Mais il a été reconstruit par l’obéissance totale de Jésus à son divin Père (épîtres de St Paul aux Romains). Jésus est un modèle d’obéissance. Durant son enfance, de 0 à 12 ans, il vit à Nazareth et était soumis à ses parents. Saint Luc parle de l’obéissance silencieuse de Jésus. Lui qui est Dieu est soumis à ses parents sur Terre: Il se soumet au Père en se soumettant à ceux qui ont l’autorité sur Terre. Toute sa vie, Il sera un modèle d’obéissance au père. Cette vertu sera sa nourriture sur terre (Jean 4,34).

L’obéissance à la volonté de Dieu nourrit notre vie intérieure et garantit notre croissance intérieure. Selon Vatican II, « l’obéissance nous conduit à la maturité ».

L’obéissance de Jésus atteint son point culminant quand Il a peur et qu’Il est angoissé lors de son agonie : « Père ! Non pas ce que je veux mais ce que TU veux! »

Jésus, Marie et Joseph se sont soumis à toutes les lois justes de la Terre (purification de Marie, recensement, paiement de l’impôt…). Les lois sont nécessaires au bon ordre de la société, quand elles sont bonnes évidemment.

Il y a beaucoup d’exemples réconfortants dans la Bible qui montrent que l’obéissance est récompensée : la pêche miraculeuse, les noces de Cana, les 10 lépreux guéris, Naaman le syrien…).

Comment obéir?

Comme le Christ, nous devons obéir AVEC amour et PAR amour. Nous sommes liés à Dieu et à Ses commandements, à l’Eglise et à ses lois, à nos parents, aux maîtresses etc... (Saint Paul parle de « l’obéissance de la Foi ».)

Dieu ne veut pas des êtres passivement soumis, mais des enfants qui obéissent avec la joie du cœur et qui désirent s’unir à leur Seigneur. Nous devons obéir en luttant contre nos travers : il faut notre adhésion intérieure. On n’obéit pas parce qu’on a peur d’être puni…

Les modèles pour nous aider à pratiquer et acquérir cette vertu:

- la Très Sainte Vierge Marie

- Saint Joseph

Regardons Notre Dame et nous apprendrons à obéir avec rapidité, joie et efficacité. Sa grande soumission à Dieu est pleine de noblesse. Regardons-la et imitons-la : à l'Annonciation, elle écoute avec attention (obo edire). Puis elle médite ce qu’elle ne comprend pas et elle interroge sur ce qu’elle ne sait pas. Enfin, elle s’attache à accomplir de tout son être la volonté du Seigneur : FIAT !

Comment a obéi Saint Joseph?

  • Il a obéi entièrement (aux anges, à Dieu, aux puissances de la Terre…)
    Et nous ? Obéissons-nous complètement ? Aux justes lois, à tout ce que le seigneur nous demande (exemple:  jeûne eucharistique , état de grâce pour communier…)
  • Il a obéi promptement, dans l’obéissance immédiate et joyeuse. « L’hésitation dans l’obéissance est un commencement de rébellion. »
  • Et enfin, il a obéi silencieusement.

 

Nos résolutions:

  • Prier pour avoir l’oreille du cœur ouverte et être attentif aux motions de l’Esprit Saint.
  • Écouter en silence la personne qui parle : « prêter l’oreille ».
  • Faire avec nos enfants une liste des personnes auxquelles ils doivent obéir.
  • Leur apprendre à écouter les consignes de travail avec attention.
  • Rencontrer une personne qui a fait vœu d’obéissance.
  • Respecter les règles des jeux.
  • Obéir sans rechigner, rapidement, joyeusement, sans répliquer.
  • Reprendre les règles de la vie en classe et à la maison (voir une règle en particulier ? Prendre un moment avec chaque enfant ?)
  • Faire des pense-bête et discuter avec nos enfants de leur résolution de carême.
  • Relire le règlement de l’école.
  • Reprendre les 10 commandements,
  • ...

Bibliographie : « Joseph le silencieux » de Michel Gasnier - Editions Salvator

« Beaucoup de grandes réalisations sur Terre se font en service commandé! »