La vertu est une disposition habituelle et ferme à faire le bien et à donner le meilleur de soi-même (catéchisme de l’église catholique).

L’acquisition de la vertu se fait en mettant en place des habitudes fermement, à petits pas, et surtout sans se désespérer. La vertu doit être vécue dans la joie car elle a pour but de nous rendre libres, heureux et saints.

 

La vertu de fin d'année

La générosité

 

1)  Qu’est-ce que la générosité ?

Être généreux, c’est donner sans calcul, sans compter, sans arrière-pensée. Une personne généreuse agit de façon joyeuse et désintéressée.

Donner procure de la joie, même si cela coûte au début.

La personne généreuse est consciente de la valeur de ce qu’elle apporte, de la joie qu’elle  donne. La valeur du don dépend de ce qu’il nous coûte.

La générosité concerne les biens matériels et immatériels : le temps, la confiance, la reconnaissance - dire bonjour, merci -, l’hospitalité ou encore le pardon… Tout vrai don est un don de soi : « Aimer veut dire donner […] quelque chose de soi-même.  » Pape François

La vertu de générosité est la disposition de l’âme à se donner sans réserve au service de Dieu et des autres. Elle se travaille chaque jour, dans les petites choses ; elle ne se  résume pas à un acte ponctuel héroïque.

2)   Pourquoi vivre la générosité ?

 Pour imiter le Seigneur, qui est Le généreux. Pour faire ce qu’Il demande. Dieu nous a créés par amour. Par générosité, il a sans cesse renouvelé son alliance avec nous, jusqu’à nous donner Son fils Jésus qui s’est fait homme pour donner sa vie sur la Croix. Notre Dame est aussi modèle de générosité, par son Fiat de chaque jour. Un autre exemple nous est donné par Marie-Madeleine, versant

son plus précieux parfum sur les pieds de Jésus peu avant la Passion. Le Seigneur la récompensera le matin de Pâques : elle sera la première à voir le Ressuscité !

Relisons également l’évangile de la veuve qui donne deux piécettes au Trésor du Temple :  « Cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres. »

Vivons la générosité pour faire du bien aux autres et leur rendre le chemin agréable :  en partageant, nous luttons contre notre égoïsme, nous nous décentrons de nous-mêmes. Vivre cette vertu nous comblera de joie : « c’est en donnant que l’on reçoit ! » Le Seigneur nous récompensera, Il nous l’a promis.

3)  Comment vivre la générosité ?

Demandons-le d’abord dans la prière. Le Seigneur nous a donné gratuitement, donnons Lui gratuitement ! Veillons à la qualité des moments passés avec Lui.

  • Soyons généreux dans les petites choses, montrons l’exemple.
  • Proposons notre aide pour les choses les moins gratifiantes.
  • Soyons un exemple, soyons la petite main !

Les enfants doivent apprendre à donner. Il nous faut éveiller en eux la joie du don. Apprenons à partager le matériel : on prête son lit, sa chambre… (cf l’histoire de Saint Martin qui donne son manteau ou de Carlo Acutis qui donne ses baskets).

  • Ne craignons pas de déranger nos plans s’il y a un besoin.
    • Donnons notre temps et notre reconnaissance.
    • En récréation, invitons les enfants à aller vers ceux qui sont seuls.
    • Etre généreux, c’est aussi écouter, prendre le temps de s’arrêter pour parler à celui qui en a besoin : ne dit-on pas « prêter l’oreille » ?
  • Etre généreux avec son sourire. (cf la poésie : Le don du sourire)
    • Evitons les critiques et passons sur certains défauts qui nous agacent chez les autres. Recherchons plutôt un petit compliment…

Etre généreux, c’est aussi pardonner : par/don = donner en plus. Donnons notre pardon,  même quand il n’est pas demandé.

Certains se donnent tout entiers au Seigneur (prêtres, religieuses, missionnaires…). Et si le Seigneur m’appelait à Lui donner tout ?

Le Seigneur le rendra au centuple. Quand Il donne, Il dépasse toujours la mesure, Il donne 100 pour 1 ! A la fin de notre vie, Il nous promet  la récompense ultime : « Entre dans la  joie de ton maître ! ».

Bibliographie :

« Tout ce qui n’est pas donné est perdu » Père Ceyrac

Pour les petits : « Les bons amis » et « Michka » (albums du Père Castor)

À l’école seront évoquées les figures de Sainte Mère Teresa, Saint Charles de Foucauld et  Saint Maximilien Kolbe.

Les élèves (PS au CP) vont écrire des cartes à des personnes isolées.

Les plus grands vont organiser un après-midi festif avec des personnes de la Société Saint Vincent de Paul.

 

 Le don du sourire

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup.

Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne.

Il ne dure qu'un instant mais son souvenir est parfois immortel.

Un sourire donne du repos pour l'être fatigué, du courage pour l’âme abattue, de la consolation pour le cœur endeuillé.

C’est un véritable antidote que la nature tient en réserve pour  toutes les peines.

Et si l’on refuse le sourire que vous méritez, soyez généreux,  donnez le vôtre.

Nul, en effet, n’a autant besoin d’un sourire que celui qui ne sait  pas en donner aux autres.

(d’après Raoul Follereau)